L’Orchestre Symphonique de Tenerife, avec les Ballets de Tenerife et le Chœur d’Enfants du Conservatoire, a une fois de plus conclu avec magie une audition à laquelle ont assisté 16 000 personnes

Boluda Shipping a donné 24 conteneurs pour concevoir la scène

Tenerife a de nouveau célébré le jour de Noël avec un cadeau culturel parrainé depuis 26 ans sur l’île par Boluda Corporación Marítima, sous l’égide de l’Autorité Portuaire de Santa Cruz de Tenerife.

C’est avec un temps printanier et un auditoire au complet que le Concert Extraordinaire de Noël a eu lieu et a élevé encore plus son niveau avec l’inclusion historique de la danse, par les Ballets de Tenerife, dans un événement qui, au-delà de son indéniable impact insulaire, a eu un grand impact international.

Plus de 16 000 personnes ont rempli la salle préparée par Puertos de Tenerife sur le quai de Los Llanos, avec une scène décorée avec les 24 conteneurs fournis par Boluda Shipping, la division de transport international et de logistique de marchandises de la compagnie maritime.

Un demi-millier de spectateurs ont pu suivre le concert sur l’écran installé sur la Place de La Candelaria. Et, grâce à RTVE, aussi bien à la radio qu’à la télévision, et grâce au streaming sur le Facebook de Boluda, https://www.facebook.com/boludacorporacionmaritima/, le concert a eu une audience potentielle de 420 millions de personnes dans le monde entier. Le spectacle a réuni 120 artistes sur scène : 82 musiciens de l’Orchestre Symphonique de Tenerife, huit danseurs des Ballets de Tenerife et 30 chanteurs du Chœur d’Enfants du Conservatoire de Santa Cruz.

Sous le slogan «Danses d’Europe», le concert a fait le tour du vieux continent avec des œuvres de Strauss, Brahms, Tchaïkovski, Falla ou Rossini. L’Orchestre Symphonique de Tenerife, dirigée par le chef d’orchestre Antonio Méndez, a commencé à l’heure avec El barón gitano, de Johann Strauss II, le compositeur qui a été le protagoniste des trois premières pièces du concert. Avec Tik Tak polka schnell, op. 365 et Caballero Pàsmán op. 441, l’Orchestre Symphonique a complété son voyage à travers la musique autrichienne.

Ballets de Tenerife

Les danseurs des Ballets de Tenerife, sous la direction du chorégraphe Héctor Navarro, sont montés sur scène, pour la première fois dans l’histoire de ces concerts de Noël, avec la Danse hongroise n° 1 de Johannes Brahms, qui a marqué le début de la tournée en Europe centrale.

La musique de Tchaïkovski montrait le côté le plus passionné, qui n’avait presque pas le temps de recevoir les applaudissements mérités liés à la frénétique Danse slave n° 7, op. 72, d’Antonin Dvorak. La puissance expressive de la danse a rempli la fin de la scène avec la Valse triste de Jean Sibelius, op. 44. Les quatre couples de jeunes danseurs ont ému le public avec une valse émotionnelle sur un fond bleu. Ce fut le début du voyage musical à travers la Scandinavie, qui se poursuivit avec la courte Danse suédoise n° 7, op. 63 de Max Bruch.

L’Orchestre symphonique de Tenerife (OST) a clôturé son impeccable voyage à travers la musique de l’Europe du Nord avec la Danse norvégienne n° 3, op. 35, d’Edvard Grieg, ornée de paysages scandinaves sur grand écran.

Les danseurs des Ballets de Tenerife ont de nouveau attiré toute l’attention avec la Danse anglaise n° 6, op. 33, de Malcolm Arnold, qui a ouvert le vif voyage musical à travers la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne.

La danse de La Vida Breve, de Manuel de Falla, a permis de dire au revoir à l’Espagne, avec l’atterrissage applaudi des danseurs qui ont clôturé leur grande nuit avec une démonstration de passion et de sensualité.

Le Pasodoble Islas Canarias, du compositeur catalan Josep María Tarridas, ne pouvait pas manquer cet événement. Alors que le public commençait à se demander ce qu’était devenu le Chœur d’enfants du Conservatoire professionnel de musique de Santa Cruz de Tenerife, dirigé par Juan Ramón Vinagre, qui figurait dans le programme, ils sont réapparus. Certains des musiciens ont revêtu des bonnets et des couronnes de Noël et les enfants du chœur ont été présentés, qui ont chanté Lo divino et Una sobre el mismo mar, de Benito Cabrera, avec le chœur déjà adapté pour inclure la huitième île des Canaries: La Graciosa.