20% des femmes qui travaillent chez Boluda Corporación Marítima occupent un poste en direction, un pourcentage qui dépasse la tendance dans le secteur

2018-03-20T11:24:04+00:0008/03/2018|Nouvelles|

La directrice de Boluda Cargo Int’l, Eva García Bosch, a participé à un débat table ronde organisé par la Fondation Adecco à Valence

La directrice de Boluda Cargo Int’I, Eva García Bosch, a fait remarquer qu’à Boluda Corporación Marítima «20% des femmes occupent un poste en direction, un pourcentage qui dépasse la tendance dans un secteur où ce type de postes de haute direction est occupé par les hommes».

Ces remarques ont été faites pendant sa participation au débat table ronde, organisé par la Fondation Adecco, le lundi 5 mars, lors duquel les participantes ont débattu sur la situation actuelle de la femme sur le marché du travail et l’accent a été mis sur les femmes en risque d’exclusion.

La responsable de Boluda Cargo Int’l a cité certains exemples de postes de direction occupés par des femmes dans les services corporatifs de la compagnie, comme la directrice de Sistemas Informáticos, Mercedes Carbonell; la directrice de Offshore et Salvamento Marítimo et responsable de Fletamentos, Charo Coll –qui occupe le poste de présidente de International Salvage Union (ISU), entité qui représente les entreprises de sauvetage maritime les plus remarquables et prestigieuses dans le secteur international-; la directrice de la Asesoría Jurídica, Pepa Cermeño; la directrice de l’Agence de Voyages Boluda Travel, Asunción Ribes; la directrice de Trimar Boluda (gestion de téléphonie et de réseaux), Charo Domínguez ou la directrice de Boluda Container Industry (entretien et réparation de conteneurs), Maite Gutiérrez. De plus, la compagnie compte sur des femmes aux postes importants, comme Sara Socorro, capitaine de remorqueur à Boluda Towage and Salvage, et María Concepción Rodriguez, capitaine de la Marina Mercante et capitaine au sein de Boluda Tankers.

La directrice du service transitaire de Boluda Corporación Marítima a souligné le fait que les statistiques mettent en évidence la plus grande difficulté que rencontrent les femmes pour s’incorporer au domaine du travail, malgré une formation plus complète.

A ce débat table ronde ont également participé Rocío Briones, directrice générale du Servef; Ana Company, directrice de la Fondation Florida Universitaria; Myriam Montes, directrice des Ressources Humaines d’Obremo; Victoria de Miguel, membre du comité de direction d’Evap; Isabel Pérez, consultante de la Fondation Adecco, et Joanna Alexandro, bénéficiaire du programme de la Fondation Adecco.

Lors de cette journée les participantes ont débattu sur le sujet de l’écart salarial, à partir duquel certaines d’entre elles ont mis l’accent sur la nécessité d’exécution de la législation en vigueur pour pouvoir en finir avec ce fardeau. De cette manière, l’événement a mis en relief le fait que «nous nous trouvons face à un changement d’ère avec des changements imparables, là où la femme tient un rôle de plus en plus remarquable, où autant homme que femme nous devons participer de manière coopérative et intègre. Ceci n’est pas une affaire de femmes, c’est une affaire de tous», a souligné Eva García Bosch.

Les participantes lors du débat à la Fondation Adecco, lors duquel elles ont débattu sur la situation actuelle de la femme sur le marché du travail.